Sémion Ezrovitch DOUVAN

Discours

DÉCLARATION DE SEMION EZROVITCH DOUVAN, MEMBRE DE LA MUNICIPALITÉ A PROPOS DU SOULÈVEMENT DU 27 OCTOBRE 1905.

Le 16 novembre 1905

Maintenant que tout le peuple est saisi d’une vague de mouvement libérateur, n’ayant pas de force, ni habitué à la nouvelle situation, il réagit de façons diverses.

Dans beaucoup d’endroits, le gouvernement à la suite de l’ignorance et de l’impréparation du peuple et principalement malgré l’influence de forces obscures, pour lesquelles la liberté du peuple est attachée, le soulèvement s’exprime sous la forme de destructions et violence auprès des citoyens pacifiques.

Pour cela dans toutes les villes de l’empire russe, il a été pris des mesures pour expliquer au peuple, le vrai sens de tous les biens et assurer la totale sécurité de la vie et biens de tous les habitants. Seule la municipalité d’Eupatoria n’a rien entrepris dans ce sens jusqu’à maintenant. Il est vrai que notre ville s’est trouvée dans une situation heureuse et a échappée à la triste destinée de ses voisins.

Mais la tentative de provoquer des désordres et même des violences étaient déjà remarques chez nous et, malgré que l’administration et la police aient jusqu’à présent réussi à détourner cette violence. Rien ne nous garantit que la prochaine fois, il pourra réussir de la localiser.

Il faut prendre toutes les mesures pour donner la sécurité aux habitants, pour les libérer de l’attente imminente de quelque chose d’effrayant.

Dans le même temps, nous sommes obligés de faire connaître à notre peuple la nature du soulèvement, nous devons leur expliquer que les gens qu’ils prennent pour leurs ennemis sont leurs amis et que le mouvement de libération actuel se produit pour son bien.

Avec les mesures générales, nous devons nous soucier de la protection des habitants, contre les attaques nocturnes et les pillages qui par dessus tout sont le fait de bandes organisées avec lesquelles la police n’est pas de force à lutter. Car les attaques et les pillages sont devenus ces derniers temps, des phénomènes chroniques et il ne se passe pas de nuit que ne se passent des attaques nocturnes et des habitants qui envoient à la municipalité des plaintes.

Ayant considéré tout cela, je demande à la municipalité de réunir une assemblée exceptionnelle de la Douma pour poser les questions suivantes :

  1. Publier au nom du peuple, avec une expression simple, pour clarifier le sens du soulèvement du 17 octobre et inviter au calme et au travail en paix.
  2. Organiser des lieux de discussion populaire sur le même thème, pour une plus claire explication au peuple des biens donnés.
  3. Organiser la sécurité municipale pour la protection de tous les habitants.

En même temps, je demande au maire, au vu des temps exceptionnels, de considérer cette assemblée comme légale quelque soit le nombre des participants.

DISCOURS A LA DOUMA D’EUPATORIA DU MAIRE DOUVAN SUITE A SA PARTICIPATION A LA RÉCEPTION DE LA FAMILLE ROYALE A YALTA.

Le 10 septembre 1909

J’ouvre la séance de la Douma et veux vous annoncer une heureuse nouvelle, que je vous demande d’écouter debout.

Le 5 septembre, j’ai assisté à Yalta à la rencontre de la famille royale et fût présenté à sa Grandeur Impériale.

Ayant écouté le salut de la ville, Sa Majesté Impériale m’a rendu heureux en se serrant la main et en réponse à voulu dire : "Transmettez mon salut et ma reconnaissance à tout le district d’Eupatoria, salutation de ma part et de l’Impératrice".

J’obéis à l’ordre et je vous demande, comme représentant de la population locale de diffuser cet heureux événement à tous les autres concitoyens. Et maintenant, je demande de mettre au vote, en l’honneur du cher invité, qui se trouve dans notre région, l’Empereur Nicolas Aleksandrovitch et toute sa famille, un grand hourra chaleureux.

DISCOURS FAIT PAR S.E. DOUVAN A L’OUVERTURE DU THEATRE.

Le 20 avril 1910

Votre excellence, chers messieurs et dames, aujourd’hui pour Eupatoria c’est une double fête, en plus des fêtes de Pâques pour tout le monde orthodoxe, notre ville fête sa propre fête.

Ce jour est consacré à l’ouverture du théâtre. Nous sommes très contents d’avoir été honorés par la présence de tant d’invités, hautement considérés et surtout par le gouverneur Pavel Nicolaévitch. De la part de la ville, je vous apporte les remerciements pour votre participation. Je félicite tous mes concitoyens de l’achèvement des travaux.

En construisant le théâtre, vous avez réalisé dans la ville une des plus importantes institutions pour l’éducation.

Il n’est pas exagéré de dire que nous sortons du théâtre toujours meilleurs que nous y sommes entrés.

Familiarisés avec les oeuvres glorieuses, de nos écrivains et des écrivains étrangers, le théâtre développe dans le peuple un sentiment esthétique et l’amour du beau dans le domaine des mots comme dans celui des sons.

Les pièces historiques, nous familiarisent avec les événements les plus importants de la vie et élèvent notre sentiment national, nous familiarisent avec les événements glorieux de notre histoire et les exploits de nos héros nationaux.

Dans notre ville, qui chaque année comprend de plus en plus de visiteurs, comme station balnéaire et de tous les bouts de notre pays, le théâtre, sans conteste, représente un très grand atout pour son développement.

On ne peut ne pas remarquer le succès du développement, la beauté de la ville en même temps que l’accroissement des visiteurs ne fait pas de doute. Et ainsi l’existence du théâtre est liée avec de grands avantages économiques pour notre ville.

Et je profite de l’occasion, pour énoncer quelques informations sur la construction de notre théâtre. Construit dans le square municipal en 1895, la casino a été incendié à la suite de cet événement, les habitants locaux ont eu l’idée d’un théâtre municipal et déjà en mai 1899, la Douma a donné 80.000 roubles pour sa construction. Toutefois, cette somme était insuffisante et le gouvernement municipal pendant deux ans était soucieux de trouver l’argent, mais il ne fût pas tout à fait surprenant que M. Saratch qui a annoncé en janvier 1901 un don de 25.000 roubles.

Sa mémoire, pour nous, doit nous être chère, car il est mort sans même avoir vu l’achèvement du théâtre.

Près de six ans après ceci, on a trouvé l’endroit pour la construction du théâtre et recherché les derniers moyens. Le restant de l’argent a été trouvé par la Douma dans la vente de terrains.

En 1908, la construction du théâtre a été commencée et elle s’est terminée en 1910. Cette construction est revenue à la ville à pour la somme de 180.000 roubles. Ce chiffre énorme pour le modeste budget d’Eupatoria, a provoqué des reproches à l’encontre de la municipalité, mais en défense de cela, je veux dire que de telles réalisations ne se construisent pas pour une génération et qu’il est mieux de construire un grand théâtre tout de suite que d’avoir à le reconstruire dans dix ans.

Le coût de la construction du théâtre s’explique par le désir de la rendre utilisable pour toutes les fonctions.

Au vu de toutes ces explications, j’affirme que la Douma municipale qui a décidé de la question de la construction du théâtre, n’a pas commis d’erreur et n’a pas abusé de la confiance de ses électeurs.

Toast : "Soyez heureux que l’on ait construit le théâtre pendant que j’étais élu et je lève haut mon verre et bois à la prospérité de ce merveilleux temple de l’art, à la santé de son honorable Pavel Nicolévitch, et de tous les chers invités, à toute la famille Sarach et au bien être de l’Eupatoria natale et à la santé de tous ses habitants, à la santé des bâtisseurs compétents ALG et PAS dont le savoir et l’art ont donné à cette construction, élégance et belles proportions, pour les membres de la commission théâtrale et les employés municipaux ayant travaillé avec zèle et enfin à la santé des modestes mais remarquables travailleurs qui avec leurs mains calleuses ont posés les pierres.

DÉCLARATION DU CONSEILLER DOUVAN SUR LA CONSTRUCTION DE LA BIBLIOTHÈQUE PUBLIQUE MUNICIPALE DU NOM DE L’EMPEREUR ALEXANDRE II

Le 15 février 1911

La mémoire d’un événement aussi important que la suppression du servage doit - être célébré de la meilleure façon, et vous serez sûrement d’accord avec moi que le programme établi par la commission, dans toute sa solennité, apparaît comme peu habituel, un peu limitée et ne laissera dans la mémoire des habitants d’Eupatoria qu’assez peu de souvenir. Avant tout, il serait souhaitable de décider du monument du libérateur. Mais pour la réalisation d’une affaire aussi importante, en ce moment, ce n’est malheureusement pas à la hauteur de nos forces.

C’est pour cette raison, que je propose à l’assemblée de la Douma, de perpétuer la mémoire du 19 février en construisant la bibliothèque municipale, dont la construction de laquelle dans notre ville s’est révélée nécessaire depuis longtemps.

Indépendamment de cela, il serait souhaitable de perpétuer la mémoire du 19 février en nommant une des rues les plus importante de la ville du nom de l’empereur Alexandre II.

Je propose à l’assemblée de la Douma, de célébrer le cinquantenaire de la suppression du servage. En plus de la réalisation au programme de la commission, par les réalisations prochaines :

1. Construire la bibliothèque publique municipale d’Alexandre II.

2. Implanter cette bibliothèque dans l’avenue Moinac.

3. Assigner une somme annuelle de 600 roubles pour l’achat de nouveaux livres.

4. De rebaptiser l’avenue Moinac, avenue Alexandre et de construire tout le long de l’avenue une promenade pour piétons.

Et comme cela, si l’assemblée de la Douma approuve mon projet et la réalisation correspondante, de mon côté, je suis prêt à aider sa construction aux conditions suivantes :

1. si la Douma décide la construction de la bibliothèque,

2. si la construction de la bibliothèque est réalisée à l’emplacement que j’ai désigné,

3. si on assigne annuellement 600 roubles,

4. si l’assemblée de la Douma décide d’approuver mes propositions, alors de mon côté ,je donnerai 5000 roubles pour la construction de la bibliothèque et en plus 500 de mes livres.

Le 25 fevrier 1911

Pour compléter ma déclaration précédente du 15 février 1911, je vous annonce ce qui suit :

Ma proposition de participation de 5000 roubles, à la construction de la bibliothèque a été faite spontanément et cela signifie qu’elle n’était pas suffisamment motivée.

Maintenant, ayant étudié cette question, je veux changer ma première proposition.

Je propose à l’assemblée de la Douma de construire la bibliothèque entièrement à mon compte ce qui représente 11 à 12000 roubles et , je veux en plus de la construction de la bibliothèque, installer à l’intérieur dans des cadres luxueux, de grands portraits de Nicolas Aleksandrovitch et du tsar libérateur Alexandre II.

Mais en compensation, je veux que la bibliothèque soit construite, absolument, à l’endroit que j’ai recommandé et que l’assignation annuelle de la ville ne soit plus de 600 mais de 1000 roubles.

Si ma proposition est retenue, je vous promets de participer dans cette affaire ainsi que les autres donateurs, ce qui donnera la possibilité d’équiper la bibliothèque avec un bon stock de livres et de l’ouvrir au public rapidement après l’achèvement de sa construction.

En général, j’ai projeté une telle esquisse de la bibliothèque :

Façades de style grec contemporain, l’intérieur se composant d’une grande salle de lecture reliée à un local séparé, aménagé pour les armoires pour les livres.

Devant et sur le côté, un vestibule avec vestiaires, le bureau du gérant, la chambre du gardien, une réserve pour le chauffage, archives, fumoir et toilettes pour hommes et femmes. Tout le projet sera confié à l’architecte Siférol qui en plus de l’argent donné, apportera en cadeau à la bibliothèque près de 100 volumes de livres classiques.

En conclusion, je demande à l’assemblée d’approuver cette décision aujourd’hui, car je suis impatient de réaliser ce projet tout de suite.

DISCOURS DE BIENVENUE A L’EMPEREUR NICOLAS II PAR LE NOBLE REPRÉSENTANT DE L’ASSEMBLÉE LOCALE ZAVRITCH.

Le 15 novembre 1913

Pendant la réception la plus haute du 5 novembre, il fût à ma charge le bonheur de parler avec les souverains.

Je pense, justement, qu’une telle attention de sa grandeur doit s’adresser non à moi personnellement, mais à notre district, je me sens obligé de partager avec les conseillers mes heureuses impressions.

Dans cet entretien, le Souverain a exprimé le plaisir à propos de la santé du Tsarévitch qui s’améliore vite et d’une manière significative.

Cela est dû aux bains de boue provenant de Sake. Une telle heureuse annonce m’a donné le courage de demander à sa Majesté de porter attention aux bains de boue médicinales d’Eupatoria, aux bains de mer et plages de sable. De demander, à sa majesté d’honorer Eupatoria par sa visite.

Ayant écouter mes paroles, le souverain a dit qu’il s’intéressait à Eupatoria, connaissait ses richesses médicales et se souvint de l’invitation de 1909 et comme je l’ai compris, l’intérêt à Eupatoria est tellement sérieux qu’il n’est pas exclu d’espérer, que dans un avenir proche notre ville pourra être gratifiée de la plus haute des visites.

De même, j’ai rendu compte, à sa Majesté, de l’état du projet de construction du chemin de fer de Djarkoï à Eupatoria, j’ai été heureux d’entendre qu’à cette question l’empereur est très intéressé.

DISCOURS DE SE DOUVAN A PROPOS DU COMMENCEMENT DE LA 1ère GUERRE MONDIALE

le 12 août 1914

Messieurs les conseillers, je veux partager avec vous mes impressions personnelles, qui me sont venues pendant le voyage que j’ai effectué à l’étranger. J’ai vu l’humanité qui a saisi toute la Russie dans ces jours de lourde épreuve. Je suis passé à côté de centaines de districts militaires, j’ai parlé avec les gradés les plus bas comme avec les officiers et dirais que si je n’avais pas vu tout cela personnellement, il serait difficile de croire que la mobilisation pouvait se faire avec un tel succès. Tout le monde se rue à la bataille et se dispute l’honneur d’être au premier rang. En ce jour d’enthousiasme populaire le moment est venu pour nous, toujours prêts au sacrifice pour la patrie, de passer de la parole aux actes et de démontrer son amour pour la patrie en apportant notre contribution en argent comme en vêtements, nourriture et travail.

A travers vous, je m’adresse à tous les habitants du district, avec la demande de venir en aide.

Il faut que nos soldats soient tranquillisés sur le sort de leurs proches laissés à la maison. Nous devons utiliser tous nos efforts pour aider leurs familles.

Dans un tel moment, il convient de s’accommoder des dérangements et être prêt à tous les sacrifices. Je veux que tous les présents ici, s’adressent à tous les habitants pour soutenir toutes les organisations ayant pour but de venir en aide aux familles des soldats appelés sur le théâtre des opérations. Puisse personne ne se troubler pour la forme de l’aide : maintenant tout est cher et tout est nécessaire.

BIENVENUE AU NOM DE LA VILLE D’EUPATORIA A L’EMPEREUR NICOLAS II PRONNONCE PAR LE MAIRE DOUVAN

Le 16 mai 1916

Votre Grandeur Impériale, au moment du rattachement de la Crimée à l’Empire russe, tous vos ancêtres et vous seigneur avaient visité plus d’une fois beaucoup d’endroits de la province de Tavrick. Notre ville est longtemps restée à l’écart et s’il est déjà passé 90 ans depuis qu’Eupatoria fût heureuse de la venue de la famille royale. Mais voilà, de la volonté de votre grandeur, dans une grande rapidité, le chemin de fer a été installé chez nous, reliant Eupatoria par unBIENVENUE droit chemin à la capitale. Et déjà maintenant, les heureux habitants d’Eupatoria rencontrent la chère famille du Tsar.

Grand Tsar aujourd’hui m’est accordé le même bonheur, sans bornes comme en 1825 a été honoré mon grand-père, de même en qualité de Maire, accueillant au nom des habitants l’Empereur Alexandre I à sa venue à Eupatoria. Les habitants originaires d’Eupatoria et leurs représentants veulent transmettre à votre grandeur, que tout le district d’Eupatoria aime sincèrement le propriétaire de la terre russe et sa famille. Recevez en signe de notre amour, et de bon cœur le pain et le sel et le salut bien respectueux du district d’Eupatoria.

NOTE EN MEMOIRE DE S.E. DOUVAN ETABLIE PAR LE CONSULAT IMPERIAL EN JUIN 1916

S. E. DOUVAN

A 18 ans

- conseiller à la Douma municipale d’Eupatoria

Pendant 10 ans a été

- conseiller principal du district local

Pendant 7 ans a été

- conseiller principal de la province de Tauride

Pendant 4 ans a été

- membre de la municipalité

Pendant 4 ans a été

- directeur de la municipalité du district d’Eupatoria

Pendant 6 ans a été

- Maire d’Eupatoria

Pendant 14 ans a été

- directeur du Comité de la prison

Pendant 12 ans a été

- directeur du comité de patronage du gymnase des filles

Pendant 10 ans a été

- honorable curateur du gymnase des garçons

Depuis 2ème année

- directeur du sanatorium impérial

Depuis 1915 a été

- nommé membre du conseil des curateurs du refuge du prince Oldenburg membre du comité de la construction du bâtiment pour le traitement par les boues au nom du Tsarévitch

Depuis 1914 a été

- directeur du comité local de l’aide aux blessés de guerre

Pendant 4 ans

- nommé au comité des curateurs de l’école d’agriculture.

MÉRITES REMARQUABLES

1. A complètement changé la ville d’Eupatoria, suivant la nouvelle planification : construction des ponts, éclairage public et tramway, amélioration des conditions sanitaires de la ville, aménagement de la plage, des datchas et en général développement de la station balnéaire. Construction du théâtre, square, bibliothèque, construction d’un nouveau quartier de la ville très joli etc...

2. Étant le directeur de la municipalité du district a construit de nombreuses écoles, hôpitaux, points agronomiques et champs de démonstration. A améliorer l’élevage des chevaux et des moutons. A installé des écuries modèle, s’est occupé lui-même de l’économie agricole, un élevage de moutons qui a reçu deux médailles d’or dans deux expositions de toutes les Russies lui appartient. Il a installé le réseau téléphonique dans tout le district d’Eupatoria.

3. Pendant la guerre avec Japon a installé une infirmerie de quarante lits, collectant auprès des habitants jusqu’à 30.000 roubles et a donné lui-même 10.000 roubles.

4. Pendant cette première guerre mondiale a collecté dans le district jusqu’à 100.000 roubles et installé une infirmerie de cent cinquante lits.

5. A collecté auprès des Caraïmes d’Eupatoria jusqu’à 100.000 roubles pour les besoins de la guerre.

6. Personnellement a donné 25.000 roubles pour les besoins de la guerre.

7. A construit et installé à son compte la bibliothèque du non d’Alexandre II, ayant coûté 40.000 roubles.

8. A pris une part active, dans beaucoup d’organisation locales districales, municipales, ayant servi aux besoins de la guerre.

A REÇU LES DÉCORATIONS SUIVANTES

Nommé à l’ordre de Sainte-Anne, deuxième et troisième échelons, nommé à l’ordre de St. Vladimir, quatrième degré, décoré de l’ordre des Romanov et a reçu du Tsar un porte cigarettes en or, orné d’un aigle à deux têtes en brillants.

Décoré de l’ordre des sauveurs de l’ordre grec et jusqu’à maintenant ne possède que le titre de secrétaire collégial, pour services rendus à la Douma.

Son nom a été donné à la meilleure rue de la ville nouvelle, et au nouveau square, le district a baptisé les meilleures écoles au nom de Douvan.

DECLARATION A LA DOUMA MUNICIPALE DU MAIRE S.E. DOUVAN A PROPOS DE LA REVOLUTION DE FEVRIER 1917

le 21 mars 1917

Messieurs les conseillers, actuellement la glorieuse libération de notre patrie s’accomplie, sans pareil dans l’histoire des peuples, presque non sanglante, harmonieuse et de courte durée, la révolution nous a donné la liberté. La vague de patriotisme populaire, a accompli le plus grand des retournements de l’histoire du pays ayant brisé les chaînes de deux cent millions d’habitants et les a unis dans une seule fête.

Citoyens, je vous appelle à payer votre dette, réaliser ce qui doit occuper maintenant toutes vos forces : protéger la sainte liberté séculaire. La fête est finie et aujourd’hui vous avez pris la résolution, serment de fidélité au gouvernement populaire et juré de protéger votre patrie et votre liberté.

Le gouvernement populaire nous a ordonné de rester à nos postes, jusqu’à ce que l’assemblée constituante soit élue par le peuple, jusqu’à la mise de la nouvelle Douma, élue par le peuple sur les mêmes bases. De remplir, les tâches du renforcement du nouveau régime, au rétablissement de l’ordre au ravitaillement de l’armée et à l’alimentation des habitants, et préparer et faciliter l’élection de l’assemblée constituante.

C’est justement pour ces buts que l’on nous a laissés et tous, nous nous souviendrons que nous avons été élus par l’ancien régime.

Nous ferons notre travail en dette de notre conscience et serment.

En conclusion, je propose à la Douma de saluer nos soldats et travailleurs.

En l’honneur de notre armée et du gouvernement actuel, je propose de pousser un grand hourra !